Qui suis-je ?

Exister !

Voila bien un début pour une chevalière !

 

 e suis née le 5 octobre 1728 (Balance) a TONNERRE dans l’YONNE

à la maison d’Uzés à l’angle de la Rue de l’Hôpital et la Rue des Fontenilles.

Un hôtel particulier style renaissance.

L’accouchement c’est fait comme tout accouchement devant une vingtaine de contemporaines comme cela se faisait a mon époque et devant la médecine, sage femmes, nourrice et amis et amies, parents et parentes 

Une Anglaise très respectée Liss Sarah Norton Certifia après expertise  

Je suis baptisée après deux jours a la paroisse Notre Dame sous la qualité légitimement constatée d’un enfant male. 

Il est vrai que la doc-sage-femme était octogénaire quasi-aveugle et quelque peu portée sur le Chery.

Double Je « Jean michel Royer Edition Grasset 1986 »

Cependant on note sur son extrait de naissance officiel plusieurs choses :

 

Le 7 octobre 1728 à été baptisé Charles-Geneviève-Louise-Auguste-Andrée-Thimothée née fils de Noble Louis D’EON de Beaumont directeur des domaines de Roi et de Dame Francoise de Chavanson ces père et mère de légitime mariage nés dés le 5 du présent mois Le parrain M Charles Regnard, avocat au parlement  Baillif de Crusy La marraine Dame Geneviève D’EON épouse de M MOUTON marchand de vin de Paris qui ont signé

Gve DEON –MOUTON

REGNARD

BORDES – doyen de TONNERRE

 

Dans le premier document on note que le mot « née » est employé au féminin puis rayer et remplacer par « nés » plus loin dans le texte. Le mot « nés » n’est pas lisible comme le reste du texte. On peut facilement prendre ce « S » pour une autre lettre. D’autre part « Né » ne peut pas prendre de « S » dans ce cas. Cette faute d’autographe n’est pas du a qu’un simple hasard. On pourrais également penser que la rature après Timothée n'est pas "née" mais la rectification de "Timothé".Mais alors pourquoi mettre "fils" après ?

 

Après consultation des registres de la paroisse, il est noté que les prénoms :

Charlotte Geneviève Louise Auguste Andrée Timothée.

 

On note également « Il est né d’hier a été baptisée par nous….(Bibliographie agronomique N° 2560

 Ce document est pleins de fautes d’orthographe et ne constitue aucunement une preuve du sexe de Charles Geneviève D’EON. 

Je me permets simplement de souligner :

 Si c’est 

Charles-Geneviève-Louise-Auguste-Andrée-Thimothée Il y a : 

Charles :                                 masculin

Geneviève :                            féminin ( prénom de sa marraine)

Louise :                                  féminin

Auguste :                                masculin

Andrée :                                  féminin

Timothée :                               masculin (Etant donné l’époque)

 Si c’est

Charlotte Geneviève Louise Auguste Andrée Timothée

 Charlotte :                             féminin

Geneviève :                             féminin

Louise :                                  féminin

Auguste :                                masculin

Andrée :                                  féminin

Timothée :                               masculin (Etant donné l’époque)

 Il est sur qu’a cette époque rajouter des prénoms a consonance féminine ou ayant appartenus a des membres de la famille est courant et ne constitue aucunement une quelconque preuve de son appartenance a un sexe ou a un autre. 

Il était très courant que les enfants présentaient des déformations physiques de tous genres et aussi sexuellement. Etre né avec cet handicape était considéré comme une tare. 

Charles-Geneviève-Louise-Auguste-Andrée-Thimothée est sûrement né avec cet handicape.

C’est à dire : Elle présentait l’anatomie d'un enfant malle, avec une particularité.  

 "L’autopsie de son corps mort a réveillé une eunuchoidisme de Hypogonadotropin ou le syndrome de Kallman, un désordre sexuel congénital a caractérisé par les organes génitaux sous-développés et les gonades stériles"

 Cela veut dire quoi ?

Hypogonadotrophique :

Cela est la conséquence d'une sécrétion insuffisante des gonadotrophines hypophysaires que sont la LH et la FSH .
Cela doit être évoqué devant tout retard pubertaire du garçon comme de la fille.
Du point de vue biologique cela se traduit par un effondrement concomitant de LH ,
FSH , et des stéroides sexuels circulants.
Cela peut être congénital ou acquis.

Plusieurs maladies génétiques peuvent être à l'origine de cet hypogonadisme.
En ce qui concerne l'hypogonadisme isolé, considéré jusqu'alors comme
IDIOPATHIQUE,on a pu identifier des mutations dans le gène du récepteur hypophysaire de l'hormone la gonadolibérine ( Gn RH )
Le gène du récepteur de la
GnRH est localisé sur le bras long du chromosome 4.

Une deuxième variété d'hypogonadisme s'associe à un développement anormal des glandes surrénales.
Une troisième variété est le syndrome de KALMANN (Voir ce terme)


TRAITEMENT
Il reste substitutif ( testostérone chez l'homme), en l'absence de désir de procréation.


L'infertilité sera traitée par l'administration de
GnRH chez la femme et par l'administration de gonadotrophines dans les deux sexes.

Syndrome de Kallman :

Ce syndrome associe une hypotrophie (développement insuffisant) des glandes génitales avec une anosmie (perte de l'odorat) globale liée à une lésion des centres nerveux olfactifs et de l'hypothalamus (cerveau inférieur) .
Un infantilisme pur est de règle.

La puberté n'apparaît pas, aussi bien chez la fille que chez le garçon.
Un retard mental, des troubles visuels et moteurs sont fréquemment associés.
Une anosmie est de règle.( parfois difficile à mettre en évidence)
Ce syndrome est dû à un défaut de sécrétion des gonadostimulines hypophysaires.
On sait depuis peu que cette maladie est une maladie chromosomique, c'est-à-dire qu'elle est due à une malformation génétique. Un des gènes responsables a été localisé sur le bras court du chromosome X .( KAL-1 MIM 308700) Il semblerait s'agir d'une transmission, probablement dominante.

 

 

En résumer :

Présence d'un petit pénis, sous développé, présence de scrotum (bourses) mais absence totale de testicules.

On retrouve bien l’aspect physique de Lya, mais également mental. Cette soif de toujours vouloir plus, de peur que l’on l’oublie. Nous le verrons plus en détail a la fin de sa vie.

Je peux me mettre à sa place, et je peux vous affirmer que de ne pas savoir si l’on est masculin ou féminin. Dans la société on a tendance à raisonner en binaire. L’homme et la femme, alors pourquoi ne serait t’ont pas capable d’admettre que nous pouvons être plus que 2. Il faut quand meme prendre en compte que le « genre » et différent de l’aspect physique.

 Ce sont généralement des êtres qui se sentent mis à l’écart de tout ce qui peut les entourer. Pas plus que de faire une chose ou un autre. Bien souvent dépressif et sujet au succide. 

Lya de Beaumont voulue surtout ne pas être considérer ni de l’un ni de l’autre sexe. Lya vie comme elle l’entend, et rien n’y fit.

Qui a dit : « On ne né pas femme, on le devient » 

Le seul remède a cet etat d’esprit est de d’aller de l’avant, bousculer les préjugés, se batte tous les jours et dans les instants au risque de se sentir ridicule. Mais le tout :

C’EST D’EXISTER

 Mon père est directeur des domaines de Roi.

Ma mère est une fille d’un commissaire général des Guerres aux armées d’Espagne et d’Italie. Elle s’appelle Dame Francoise de Chavanson  et non de Charanton

 Mon père est couvert de dettes de tous genres meme de jeu. Il s’oblige a offrir a sa femme un bon train de vie.

 

 

Je rajoute pour ceux qui sont friand d’astrologie :

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×